Le fluvial en France

Les atouts du transport fluvial en France
Le transport fluvial de marchandises est économique, propre, fiable et sûr. Le réseau de transport fluvial, en particulier les voies à grand gabarit dispose d’atouts indéniables pour constituer une réelle alternative au mode routier sur des corridors particulièrement encombrés. C’est pourquoi l’objectif affiché dans le schéma de services de transport de marchandises est le doublement du trafic fluvial de marchandises à un horizon de dix ans.

Depuis le début des années 1970, où il représentait 110 millions de tonnes et 14 milliards de tonnes-kilomètres, le transport fluvial a connu un déclin important.

Ce déclin s’explique tout d’abord par les évolutions structurelles de l’économie : déclin des industries lourdes traditionnelles et des transports de pondéreux, importance croissante de la rapidité des acheminements.
Il s’explique également par une perte de compétitivité de la voie d’eau due à plusieurs facteurs : vétusté du réseau et manque d’entretien entraînant des difficultés d’exploitation, rigidité des pratiques professionnelles, obsolescence du cadre législatif et réglementaire, et d’une manière générale, mauvaise insertion technique et commerciale dans les "chaînes logistiques" de l’économie moderne.

Un net redressement s’est opéré par le mode fluvial au milieu des années 90. Entre 1995 et 2005, l’activité passe de 5,8 à 7,9 milliards de tkm en 2005, soit une croissance moyenne de 3% par an. Cette progression du trafic est le fruit d’un effort important du secteur :

- réduction de la surcapacité des flottes, dans le cadre d’un plan d’aide au déchirage

- rénovation du cadre législatif et réglementaire relatif à l’affrètement et aux conditions d’accès à la profession

- effort conséquent de l’Etat et de Voies Navigables de France (VNF) en matière d’entretien et de restauration du réseau.